Présentation de Frédéric-Fontaine

Population
187 habitants
Superficie
348 hectares
Altitude
400 mètres


ll aurait fallu commencer par lui, car en venant du Pays, à l'orée de bois, c'est Frédéric-Fontaine que l'on découvre au milieu de ses vergers. Au printemps c'est une féérie.
On l'appelle aussi le Novelaidge, le nouveau village. Nouveau . 1588. Nouveau à côté de ses voisins. Créé par le comte Frédéric qui, dit-on, trouva à cet endroit une source bienfaisante alors qu'il était perdu pendant une chasse.
Friedrich-Fontaine, ce nom est encore gravé sur le pied de coupe de communion donnée par le Prince à la nouvelle communauté, qu'il créa avec des réfugiés lorrains.
Le village, pendant longtemps satellite de Clairegoutte du point de vue religieux et administratif, a sa mairie et son église : salle de mairie au rezde-chaussée, oratoire au premier, accolés à l'école, le tout flanqué d'un curieux petit clocher cela depuis un siècle et demi, 1834.
Un foyer rural fut bâti vers les années 1960. Le village lui-meme est construit depuis le bois du Chérimont jusqu'à une zone de prés et d'étangs, de chaque côté d'une grande rue en pente.
Village de cultivateurs et d'ouvriers, Frédéric-Fontaine comptait autrefois de nombreux tailleurs de pierre. Le dernier a taillé les armoiries du village qu'on peut admirer sur la façade du foyer rural.

Les noms de familles étaient et sont encore aujourd'hui : Faivre, Nardin, Croissant liés à des sobriquets pittoresques, comme dans les deux autres villages, tels que Bieugeot, Langlais, Carnot, Didas...
Frédéric-Fontaine comme le Magny, et plus que Clairegoutte est resté attaché à sa terre, à ses vaches montbéliardes, à ses cerisiers et à ses fameux coco-jaunes.

 






visiteurs depuis de 12/09/2004